Coronavirus : ce qu’en pensent les scientifiques



CoronaInformations de voyage

Source: TCS MyMed


Kristian Andersen, immunologue à l’Institut de recherche Scripps
Une théorie qui a émergé très tôt prétend que le virus ne s’est pas développé naturellement, mais par l’homme en laboratoire. Une étude de l’Institut de recherche américain estime que cela ne fait aucun sens. Il n’est pas plausible que l’agent pathogène ait été créé en laboratoire comme une arme biologique. « Nous avons comparé les séquences du génome des souches du coronavirus connues et nous pouvons affirmer sans risque d’erreur que le SARS-CoV-2 est bien d’origine naturelle », explique l’immunologue Kristian Andersen de l’Institut de recherche Scripps. Selon le chercheur, une personne qui aurait voulu créer un virus mortel en laboratoire ne serait pas partie d’un virus animal. Au contraire, il aurait été plus logique de poursuivre le développement d’un virus déjà dangereux pour l’homme.

Prof. Dr Karl-Heinz Leven, historien médical de l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg
« Dans le monde entier, des millions de personnes doivent rester chez elles et l’économie est sévèrement touchée. C’est du jamais vu auparavant. Dans le monde occidental en particulier, nous essayons d’arrêter l’avancée d’une pandémie avec tous les moyens médicaux et matériels, car nous n’acceptons pas un taux de mortalité plus élevé. C’est une grande expérience qui n’a jamais été réalisée auparavant. Le problème ne sera pas la mortalité, mais l’effondrement économique total que nous provoquons précisément par les mesures de fermeture. Ces dégâts nous occuperont pendant longtemps et auront des conséquences encore inconnues aujourd’hui. »

Marcel Salathé, épidémiologue de l’EPFL
« Il est faux de prétendre que le virus est comme une grippe saisonnière et il ne faut pas le laisser se propager. En cas de propagation non contrôlée, il y aurait environ 500 cas pour 100 000 habitants en deux mois. Comme environ 5 % des infections sont critiques et nécessiteraient certainement une hospitalisation, 25 habitants sur 100 000 se retrouveraient à l’hôpital à cause du Covid-19. Fin avril, environ 5 % des hospitalisations seraient dues au coronavirus. Si la maladie s’était propagée sans contrôle, une personne vivant en Suisse sur dix serait infectée d’ici la fin mai et, en théorie, tous les lits d’hôpitaux du pays seraient occupés par des patients atteints du Covid-19. Ce scénario pessimiste doit être évité à tout prix ! »

Christian Drosten, virologue de l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin
« Nous savons également, grâce à d’autres maladies respiratoires, que de plus en plus de jeunes tombent grièvement malades. Cependant, nous savons souvent très peu de choses sur les gens. Les médias disent qu’il y a une personne de 35 ans en soins intensifs. Mais une personne de cet âge peut avoir des maladies sous-jacentes massives. Nous savons, par exemple, qu’un indice de masse corporelle élevé est un facteur de risque majeur pour le Covid-19, tout comme la maladie coronarienne, c’est-à-dire un rétrécissement des vaisseaux coronaires dû à une calcification vasculaire. La pneumonie met le système cardiovasculaire à rude épreuve. S’il est endommagé au préalable, il est parfois surchargé par cette contrainte. Et nombreux sont ceux qui, entre 35 et 50 ans, vivent avec de tels facteurs de risque. Une autre hypothèse est que quelqu’un inhale une importante dose de virus directement dans les poumons et que celui-ci se multiplie immédiatement dans les voies respiratoires sans déclencher au préalable une réaction immunitaire dans la gorge. Les gens peuvent alors tomber vraiment malades et le corps n’a pas encore de remèdes. Mais il s’agit d’une hypothèse. »

Stephan Becker, virologue de l’université de Marbourg
L’Institut de virologie de l’université est à la pointe du développement de vaccins contre le SARS-CoV-2. Le professeur Stephan Becker a « de grands espoirs » qu’il existe déjà des médicaments qui pourraient également être efficaces contre le Covid-19. Les expériences sur les animaux l’ont suggéré et les premiers essais cliniques sont en cours : peut-être que nous n’obtiendrons pas de « super-médicament », mais quelque chose qui pourra aider. 

Prof. Oliver T. Keppler, virologue de l’Institut Max von Pettenkofer
« Nous pouvons contrôler la contagion si les gens respectent l’éloignement. La règle des 1,5 à 2 m est la clé pour aplatir la courbe de l’infection. » Le virologue espère une réduction significative à la mi-mai. Il estime que le facteur décisif sera la cohérence et la durée de l’application des nouvelles restrictions, ainsi que l’effet de l’été.

Alexander Kekulé, expert en pandémie de l’université Martin Luther de Halle-Wittenberg
« La définition de la pandémie est imprécise et a été modifiée à plusieurs reprises par l’OMS. Selon la définition actuelle, nous sommes en situation de pandémie, car le virus se propage indépendamment des cas importés. On parle de pandémie s’il y a une propagation secondaire dans plusieurs continents qui ne peut être détectée par les méthodes de traçage normales. Ce point a été atteint avec l’apparition de la maladie dans le nord de l’Italie. »

Prof. Dr Lothar H. Wieler de l’Institut Robert-Koch de Berlin
« Nous venons à peine de commencer à combattre le corona. Nous devons tous faire de manière disciplinée ce qui nous est demandé depuis des semaines. Nous avons tous beaucoup à faire et chacun peut jouer un rôle contre la propagation du virus afin que celui-ci ne se propage pas d’une personne à l’autre. Il y a aussi des personnes plus jeunes et en bonne santé qui tombent très gravement malades ou meurent à cause du Covid-19. C’est très rarement, mais cela peut arriver. »

More Articles from Corona

Ce site web utilise des cookies. Pour plus d’informations à ce sujet et sur vos droits en tant qu’utilisateur, veuillez consulter notre politique de confidentialité en bas de page. Cliquez sur « J’accepte » pour consentir à l’utilisation des cookies et pouvoir visiter notre site.