Coronavirus : quand pourra-t-on à nouveau voyager ?



Informations de voyage

Source: TCS MyMed


À cause du corona, nous ne pensons bien évidemment pas aux vacances. Mais à quoi ressemblera la situation après l’épidémie ? Qui seront les gagnants et les perdants de la crise, et qu’est-ce qui pourrait changer ? TCS MyMed a interrogé Dieter Zümpel, le CEO de la DER Touristik Suisse, qui comprend Kuoni et diverses marques sœurs, sur l’avenir du voyage.

Actuellement, l’industrie du voyage va mal. Quand pourra-t-on à nouveau voyager ?
Cette décision n’est pas principalement prise par l’industrie du voyage ; elle est d’abord prise par les autorités sur la base des recommandations des professionnels de la santé. Et à juste titre, car la santé est plus importante que les voyages. Nous souhaitons bien sûr permettre à nos clients de voyager à nouveau le plus rapidement possible, et ainsi préserver les emplois des acteurs touristiques dans le monde entier. Je ne perds pas l’espoir qu’une offre au moins partielle sera disponible pendant les mois d’été.

Sera-t-il possible de voyager comme avant à l’avenir ?
Cela aussi dépend des progrès réalisés dans le traitement de la question du corona et du calendrier. Je ne pense pas qu’il y aura principalement moins de voyages. Au contraire, une fois la crise surmontée, je m’attends à un certain effet de rattrapage, tant pour les vacances que pour les voyages d’affaires. Cependant, notre industrie est dépendante du soutien du secteur public pour le maintien des offres correspondantes.     

Selon vous, quels seront les domaines gagnants ?
Si le virus suscite des craintes durables, je n’exclus pas la possibilité que la pertinence des offres dites de masse diminue au profit de zones moins fréquentées, mais néanmoins incontournables. Celles-ci font depuis longtemps partie de nos programmes de voyage. J’espère aussi que même après la période de crise, les gens se souviendront des avantages de réserver auprès d’un voyagiste ou d’une agence de voyages. Nos clients sont désormais mieux placés à tous égards que ceux qui, par exemple, ont organisé leur propre voyage en ligne.

Les sociétés de location de voitures et d’autopartage doivent-elles aussi craindre un effondrement ?
Oui. Ils leur manquent de clients qui sont actuellement limités dans leur liberté de mouvement, et pas seulement lorsqu’ils voyagent. Il n’y a actuellement aucun acteur touristique au monde qui ne souffre pas de la situation. Il s’agit des compagnies de voyage, des compagnies aériennes, des hôtels, des agences de voyages, des sociétés de location de voitures et d’autres prestataires. 

Qu’en est-il des croisières ?
De nombreux pays étant isolés, les bateaux de croisière ne peuvent plus accoster. En conséquence, les compagnies maritimes suspendent désormais leurs croisières, tout comme les compagnies aériennes ont presque totalement suspendu leurs vols. Cependant, comme la période de réservation à l’avance des croisières est relativement longue, nous n’enregistrons pas un effondrement total des réservations dans ce domaine. Les ventes de croisières pour l’année prochaine et l’année suivante sont presque au même niveau que l’année dernière. Si le virus du corona est maîtrisé dans un avenir prévisible, nous pourrons encore proposer des offres pour l’année en cours.

Les gens voyageront-ils davantage en train ou en voiture à l’avenir ?
Les voyages dits terrestres sont susceptibles de gagner des parts de marché à long terme, mais probablement plus en raison des préoccupations environnementales que du corona. Après tout, il me semble que le risque d’infection pendant un voyage ne peut être évalué que sur la base du moyen de transport.

Comment les entreprises de voyage réagissent-elles à la situation actuelle et comment vous et votre entreprise gérez la situation ?
Premièrement, en coopération avec d’autres acteurs du secteur et le DFA, nous mettons tout en œuvre pour organiser un rapatriement rapide des clients. Dans la plupart des cas, nous y parvenons malgré la diminution rapide du nombre de vols. Deuxièmement, nous annulons les voyages réservés pour les semaines à venir étant donné qu’ils ne sont plus réalisables. Et enfin, nous veillons à ce que la stabilité économique de l’entreprise soit maintenue. Le travail à temps partiel est l’instrument le plus important à cet égard, mais il n’est qu’un des nombreux instruments permettant de réduire les coûts.

Où voyez-vous actuellement un besoin d’action, ou quelles sont vos exigences envers les politiciens / la Confédération ?
Certaines des demandes que la branche a adressées à l’État sous l’égide de la Fédération Suisse du Voyage ont été satisfaites ou leur application a été confirmée dans un bref délai. Nous en sommes très reconnaissants. Aucune décision n’a encore été prise concernant d’autres services de soutien qui sont cruciaux pour notre survie. Le plus important pour nous tous est que les demandes justifiées de remboursement des clients puissent être satisfaites par des bons. De nombreux pays européens ont depuis longtemps adopté cette mesure pour protéger la liquidité de l’industrie du voyage.

Diese Website verwendet Cookies – nähere Informationen dazu und zu Ihren Rechten als Benutzer finden Sie in unserer Datenschutzerklärung am Ende der Seite. Klicken Sie auf „Ich stimme zu“, um Cookies zu akzeptieren und direkt unsere Website besuchen zu können.