Maux liés aux transports : « l’essentiel est de ne pas passer à côté de maladies dangereuses »



Médecine du voyageMaladies & symptômes

Source: TCS MyMed


Dr Beat Sonderegger, chef de la clinique Infectiologie de l’hôpital cantonal de Lucerne, répond à nos questions sur les maux liés aux transports.

Dr Sonderegger, quels sont les principaux changements en matière de santé sur lesquels il faut se concentrer après les vacances ?
Environ la moitié des vacanciers de retour au pays souffrent de diarrhée. Un tiers se plaint de fièvre et 15 % environ viennent nous consulter en raison de symptômes cutanés (rougeurs, piqûres etc.).  Les patients remarquent manifestement la survenue de fièvre et de diarrhée, alors que les modifications de la peau sont plus difficiles à détecter en fonction de leur localisation.

Combien de temps peut s'écouler entre l'infection et l’apparition des premiers symptômes ?
Les « périodes dites d’incubation » varient selon l’agent pathogène. Les salmonelles ou shigelles (diarrhée bactérienne) peuvent entraîner de la fièvre et de la diarrhée dès 12 heures après l'ingestion des agents pathogènes, tandis que le paludisme se manifeste par des courbatures et de la fièvre au plus tôt après une semaine. Actuellement très médiatisées, les infections transmises par les moustiques, telles que la dengue ou le chikungunya, ont une période d'incubation de 3 à 14 jours maximum. Autrement dit, si la fièvre ne commence que quatre semaines après le retour de vacances, ces deux agents pathogènes sont exclus.

Quand est-il conseillé de consulter un médecin ?
L’essentiel est de ne pas passer à côté de maladies dangereuses. Comme on peut mourir du paludisme (malaria tropica), il est conseillé de faire preuve de prudence lorsqu'on revient fiévreux d'une zone potentiellement impaludée. En outre, nous recommandons de consulter un médecin en présence d’une diarrhée sanglante ou d’une diarrhée qui dure plus de 14 jours. 

Est-il utile d'apporter un échantillon (selles, urine, vomi) directement au médecin en cas de problèmes gastro-intestinaux ?
Non, un médecin décidera au cas par cas, pendant la consultation, quelles analyses doivent être prescrites.

Quelles informations sur les vacances dois-je donner au médecin ?
Les patient-e-s sont interrogé-e-s de manière très détaillée sur leur voyage (itinéraire, départ, retour). Et ce, entre autres, pour restreindre sur la base des temps d’incubation la liste des agents pathogènes potentiels. En outre, on cherche à savoir si le patient était exposé à des facteurs de risque spécifiques, par exemple du fait de ses habitudes alimentaires, de baignades en eau douce, de contacts sexuels non protégés ainsi que de contacts avec des animaux.

Faut-il emporter le carnet de vaccination afin de pouvoir vérifier si la protection vaccinale est correcte ?
Cela est très utile, car les vaccinations des voyageurs (en particulier l'hépatite A/B et la fièvre jaune) offrent une très bonne protection et une infection par ces agents pathogènes est donc pratiquement exclue. Du reste, les vaccinations peuvent également être saisies sur meineimpfungen.ch et consultées en ligne partout par le voyageur.

Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Ce site web utilise des cookies. Pour plus d’informations à ce sujet et sur vos droits en tant qu’utilisateur, veuillez consulter notre politique de confidentialité en bas de page. Cliquez sur « J’accepte » pour consentir à l’utilisation des cookies et pouvoir visiter notre site.