Morsures de serpents : voici les conseils du Médecin-chef

Les serpents adoptent un comportement méfiant devant les êtres humains. Photo : Pixabay


Médecine d’urgenceMédecine du voyage

Source: TCS Info Feed


Les dangereux serpents venimeux comme les cobras ou les mambas ne vivent pas sous nos latitudes. Malgré tout, il existe, en Suisse et en Europe des serpents dont les morsures peuvent s’avérer dangereuses.

Les serpents adoptent un comportement méfiant devant les êtres humains. Leur sens de l’odorat et de décodage des vibrations, extrêmement développé, les aide pour leur orientation dans leur environnement. Les hommes ne sont mordus qu’en cas d’extrême nécessité : si la situation devient trop dangereuse pour l’animal.

Une grande majorité des morsures enregistrées dans nos régions ne contiennent que très peu ou pas du tout de venin. Ceci est très différent dans des pays de destination appréciée des Suisses en Europe ou outre-mer. Là, où différentes sortes de serpents venimeux sont endémiques.

Il est difficile de donner des consignes uniformes en ce qui concerne les morsures des serpents. Il y a tant d’espèces différentes et tant de venins différents. « Pour les enfants, les seniors, les personnes souffrant de maladies chroniques et les personnes allergiques, il y a un risque qu’une morsure de serpents provoque des réactions critiques » nous avertir le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin-chef et Chef de clinique au Centre universitaire des urgences (Hôpital de l’Ile, Berne). « Ces situations présentent un facteur de risque plus élevé, par exemple pour un collapsus cardiocirculatoire ».

Les critères les plus importants en ce qui concerne le déroulement d’un empoisonnement sont la constitution de base du patient, la quantité du venin injecté et la durée entre le moment de la morsure et son traitement.

Les serpents venimeux paralysent leur victime au travers de l’influence de leur poison sur le système nerveux et le réseau musculaire, c’est ainsi que leur morsure peut s’avérer mortelle. Mais en raison de la densification de points de traitement bénéficiant d’équipements médicaux, cela est de plus en plus rare.

Néanmoins, des dégâts locaux aigus et permanents peuvent toujours se produire. Exadaktylos poursuit : « C’est ainsi que, en règle générale, des infections douloureuses se manifestent au point d’impact de la morsure. Selon la partie du corps qui est touchée, des saignements abondants et des gonflements subséquents de la zone se situant autour de la morsure peuvent aussi apparaître ».

Voici comment vous pouvez vous protéger
Même si le climat vous en donne envie, évitez de porter des sandales et des shorts si vous avez prévu de vous promener dans un environnement inconnu. Porter des chaussures solides et des pantalons longs vous protège déjà substantiellement.

Se munir d’un bâton permet de faire du brut; cela aide à faire fuir les serpents. Si l’on rencontre tout de même un serpent, que ce soit en Suisse ou ailleurs en Europe, il s’agit toujours de laisser une voie d’échappement pour le reptile. La plupart des serpents sont crépusculaires ou nocturnes. Il est donc consolé de redoubler de vigilance lors de ces moments.

Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos conseille, après une morsure de serpent :

  • Ne pas paniquer
  • Chercher un lieu calme et à l’ombre (attention de ne pas déranger un autre serpent)
  • Boire ou faire boire (prophylaxie contre le collapsus cardiocirculatoire)
  • Tenir la partie du corps qui a été mordue aussi tranquille que possible (grâce à une attelle, ou en mettant le bras en écharpe)
  • Enlever les bagues, bracelets et montres de la main qui a été mordue, car celle-ci peut enfler très rapidement
  • Si possible, désinfecter le lieu de la morsure et la couvrir au moyen d’un tissu humide
  • Aspirer le venin ou procéder à une incision pour le faire s’écouler ne sert à rien
  • Afin d’éviter de faire circuler le venin de manière plus importante dans l’entier du corps, les mouvements corporels devraient être limités
  • En cas de nausées, de sueurs froides, de pouls « filant », de troubles de la conscience ou de détresse respiratoire, il s’agit de pratiquer les soins de premiers secours et d’appeler des secours (en Suisse, composer le 144)
  • En cas d’incertitude, même si la réaction n’est pas sévère, faites contrôler la morsure par un médecin.

Ce site web utilise des cookies. Pour plus d’informations à ce sujet et sur vos droits en tant qu’utilisateur, veuillez consulter notre politique de confidentialité en bas de page. Cliquez sur « J’accepte » pour consentir à l’utilisation des cookies et pouvoir visiter notre site.